• Home
  • /
  • Produit
  • /
  • Les déterminants de l’activité informelle chez les instruits : cas des chefs d’entreprise (Par Boniface GBEYA & Germain NOUMONVI)

Les déterminants de l’activité informelle chez les instruits : cas des chefs d’entreprise (Par Boniface GBEYA & Germain NOUMONVI)

1,000 CFA

Les déterminants de l’activité informelle chez les instruits : cas des chefs d’entreprise

Par Annicet Boniface GBEYA & Midjiho Germain NOUMONVI

Mémoire de licence

  Poser une question

Description

Les déterminants de l’activité informelle chez les instruits : cas des chefs d’entreprise

Par Annicet Boniface GBEYA & Midjiho Germain NOUMONVI

Mémoire de licence

 

RESUME

Le secteur informel recouvre une large gamme de pratiques illicites, souvent prédatrices (CNES, 2004). De ce fait, les instruits, censés mieux comprendre cet état de chose devraient éviter d’exercer leur activité dans ce secteur. Malheureusement, en 2011, et malgré l’existence des institutions formelles d’insertion professionnelle (FNPEEJ, ANPE), 35% des acteurs de ce secteur sont instruits (EMICoV-2011). Empêcher ce phénomène et surtout mieux orienter les politiques de formalisation des entreprises informelles est donc une tâche qui incombe aux dirigeants. C’est alors que notre étude décide de faire ressortir les déterminants du travail informel des instruits afin d’aider les autorités dans cette tâche. Notre travail a pour objectif d’analyser l’influence des facteurs caractéristiques des instruits et ceux de leurs entreprises sur le travail informel qu’ils exercent. Pour y aboutir, des hypothèses telles que l’existence d’une corrélation négative entre une grande taille de l’entreprise avec le travail informel et d’une influence positive de ce dernier par les caractéristiques sociodémographiques (zone rurale, le sexe féminin, le niveau d’étude bas) des instruits ont été formulées. Les résultats obtenus par estimation d’un modèle logit, utilisant les données de l’EMICoV-2011, montrent qu’une grande taille de l’entreprise influence négativement son caractère informel. De plus, ils montrent que les ruraux, les femmes, les moins instruits et les instruits de la branche primaire sont les plus présents dans l’informel. Au regard de ces résultats, nous suggérons aux décideurs d’orienter leurs politiques vers les couches les plus présentes dans l’informel. Pour renverser la tendance, l’Etat peut renforcer le système éducatif par une dose d’éducation civique dès l’école primaire, sensibiliser la population surtout rurale et féminine sur les méfaits du travail informel et les bienfaits de la formalisation de leur entreprise.

Mots clés :

Activité informelle, instruit

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Les déterminants de l’activité informelle chez les instruits : cas des chefs d’entreprise (Par Boniface GBEYA & Germain NOUMONVI)”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :